• Petit papa Saltiel

      Ce lundi, le vicomte de boisjoly conviait le gratin au dîner de la Saint Sylvestre en son studio château. Récit du festin :

    **********

    Toast au kir royal

      Je dédie ce billet à la Shadow cloak de Samantha Pleet devant laquelle j'ai évaporé quelques décilitres de salive ces dernières années. Et comme elle vient d'être ressortie en tissu vert à chevrons j'en ai profité pour en étudier la coupe, car tout le mystère du manteau-cape réside dans son ampleur et sa résorption du volume aux épaules. Sentant monter la bulle de champagne, je suis passée en phase ratissage des internets, d'où j'ai rattrapé une autre de ces cape-manteaux sans découpe raglan qui s'approchait de près de l'effet désiré.

    Petit papa Saltiel

    Modèle Samantha Pleet / Modèle inconnu trouvé sur pinterest

    **********

    Déclinaison d'amuse-bouches

      J'ai déjà quelques vêtements capiformes à mon actif  : la transformation concluante d'un trench à emmanchures raglan m'avait montré qu'une cape classique, c'est invivable ; celle-ci, sur laquelle je m'étais bien cassée la tête en modifiant un patron burda mais qui n'était ni assez chaude, ni assez bien finie pour que je la porte vraiment et puisse juger si son encombrement au quotidien était ok ou non. Cet hybride signé burda a été très peu porté car heu, non, les grandes manches c'est pas pratique, puis recyclé dans une robe régulièrement portée. Enfin ce trenchoïde à voilure également signé burda en coton enduit puant n'était pas doublé donc inutile en dessous de 10°C, et le tissu n'était même pas imperméable...

      Pendant qu'on y est, tata Biquette va vous compléter le panorama de ses leçons de vie en matière de manteau.
    ◊ Ce trench burda est de coupe recommandable, mais je l'ai insuffisamment entoilé et il n'était pas bien épais non plus. De plus, la doublure semble tirailler.
    ◊ Cette veste burda m'a appris la traitrise des doublures coupées trop petites, et la mortification d'un col contrastant qui se retrouve asymétrique on ne sait comment.
    ◊ Ce manteau inaugural inspiré d'un modèle Topshop a été peu porté car boudinant le bras et assez voyant mais les finitions ne m'ont pas l'air trop vilaines. Il ne me semble pas l'avoir entoilé, heureusement la coupe canon et l'épaisseur du tissu s'y prêtaient.

      Et pour les plus portés :
    ◊ le duffle coat Colette dont l'épaisseur est bien agréable, mais qui souffre d'un manque de couvrant sur les cuisses et à l'avant de la capuche, et d'un recouvrement un peu juste des devants. Il m'a appris le délice de larges poches accessibles.

    ◊ La veste burda en velours sur laquelle j'ai fait beaucoup de couture à la main souffre d'un manque d'ajustement à l'épaule (sensation d'épaule bloquée devant), mais son épaisseur et son confort, auxquels la doublure satinée et épaisse contribue, en font un de mes habits les plus portés.

      Ces jalons m'ont cumulativement enseigné l'importance d'une doublure soigneusement choisie et dotée d'une aisance suffisante, d'un entoilage généreux aux points névralgiques, d'un repassage patient et appuyé, et d'une bonne stabilisation des bords du manteau à ses parementures.

    **********

    Entrée en matière

      Après considérations, les caractéristiques de cette future cape ont été définies :
    - comme sur les modèles présentés, la cape arriverait sous le genou.
    - cette cape serait greffée à un corps de manteau sans manches un peu plus court.
    - ce manteau serait légèrement cintré pour être portable sans ceinture, et qu'une ceinture puisse apporter quelque chose aussi sans ramasser trop de tissu. Il comporterait deux fentes en bas du dos. Les entournures seraient suffisamment larges pour permettre le port de manches kimono (exploitons l'avantage d'un manteau sans manche). Il sera muni de poches profondes externes sur le devant du corps. Son encolure serait près de la base du cou, nue ou à col simple.
    - la cape doit former quelques plis autour du corps afin que l'écartement des coudes reste confortable, mais pas plus pour éviter un excès de poids mort. Ce poids doit être réparti équitablement entre le dos et le devant afin de ne pas provoquer de bascule du manteau dans le dos. Découpée en une pièce, elle dessinerait un large empiècement arrondi autour de l'encolure et l'excès de tissu aux épaules serait absorbé dans des fronces. Le haut de la cape sous la couture du devant sera joignable au corps jusqu'à l'emplacement de la poche par une fermeture à glissière prise dans la couture, pour diminuer sa prise au vent. Une petite poche interne sur chaque devant de la cape permettra de maintenir les pans de celle-ci en restant les mains au chaud.
    - elle serait coupée dans un lainage assez souple pour permettre les fronces et un beau tombé, mais suffisamment dense pour couper le vent, de couleur anthracite/bleu foncé/marron, éventuellement à motif discret, son poids total avec doublure et entoilage ne dépasserait pas 1.5kg. La surface de tissu nécessaire étant de 3m2, le poids maximal du tissu serait 600g/ml ou 400g/m2.

      Je me suis mise au travail de modélisme en me basant sur le patron Burda pour l'ampleur de la cape, que j'ai finalement conservée. Le corps du manteau a été fait à l'instinct en gardant seulement la pente des épaules de la cape et le droit-fil. Genre, carrément.

    Petit papa Saltiel

    Toile 2 en lainage très souple

    **********

    Baklava de renard à la forestière

      La confection de deux toiles ayant suffi à valider cette liste au père Noël, c'est après m'être assurée que rien ne me plaisait chez Sacrés Coupons (boh, si, l'était pas mal le petit cachemire biface marine/bordeaux, mais trop épais) que munie de mon cochon rose king size et non sans avoir sollicité la présence d'une dame de compagnie des plus avisées, j'ai franchi le seuil de Lafayette Saltiel Drapiers, pourvoyeur de fournitures tailleur sehr qualitativ du Sentier. Il vaut mieux s'y rendre en ayant une idée suffisamment bien définie de ce que l'on veut, car si on ne vous pressera pas, le prix reste très dissuasif vis-à-vis des erreurs de casting.

      Les tissus à manteau n'étant pas si nombreux, on a commencé à me présenter des tissus adéquats au projet dans diverses liasses ; pourtant après un dernier passage en revue du rayonnage, j'ai fini par débusquer un carreau fenêtre dans la gamme Heritage flannel de Fox Brothers en marron désaturé assez foncé (en faible luminosité on jurerait un gris) à 480g/m, une flanelle épaisse 100% laine d'agneau mérinos. J'en ai pris 4m, et petit papa Saltiel m'a offert les 50cm restants parce que je suis une blogueuse influente le père Noël existe. Ah, si tu vas avoir froid, c'est un peu à cause de moi.

    Petit papa Saltiel

      Une fois rentrée, délestée pour de bon de ce dilemme matérialiste qui consiste à choisir de gâter ses proches à Noël ou non, le premier test auquel j'ai soumis le coupon à été la réponse à la fronce. Puis j'ai peaufiné le patron, construit un col sans pied apte à la couverture de gorge, confectionné une pièce d'étude pour les poches à rabat. J'ai également procédé à une session palpation de tout ce qui ressemblait à un manteau au Bon marché pour estimer leur tenue et mater l'assemblage des doublures aux devants. 

      Puis vint le moment de la coupe. Interrogations sur l'existence d'une loi martiale qui empêcherait de choisir d'orienter le droit fil dans le sens de la laize avec un carreau horizontal. Car dans le sens de la longueur je trouve le carreau triste (ça fait station Concorde ou Bréguet-Sabin), et plus léger orienté horizontalement. On pourrait d'ailleurs penser que ces carreaux, pas spécialement désirés à l'origine, constitueraient une source de difficulté supplémentaire : ils se sont au contraire révélés être de précieux alliés pour objectiver une étoffe qui vrille ou se détend et corriger le tir.

      Je n'ai pas décati le tissu, dans le sens où ce n'est qu'après découpe des pièces que j'ai tout passé à la vapeur.

    **********

    accompagné de :

    Fondue de thermocollant

      Ce n'est pas très facile de trouver de la documentation sur l'entoilage des manteaux, notamment la réponse à la question : où c'est-y que t'entoiles et pourquoi ? Quelque indice tout de même dans le tome 4 des détails de mode à la loupe même si niveau justifications je reste sur ma faim, voire sur les pages 206-207 du modélisme vêtement masculin d'Esmod mais #ouçonléssoustitr??? 

    Petit papa Saltiel

      Pondérant ces indications par mes précédentes expériences, j'y suis allée généreusement sur le thermocollant (Vlieseline G740), préférant me retrouver avec un manteau un peu guindé qu'avec un mollard portable.

    Tranches de pilou pochées

      Les fonds de poche sont en coton moelleux. L'ajustement de l'emplacement des rabats décoratifs a été coton également puisqu'il fallait jouer avec les carreaux et le roulé conséquent dû à l'épaisseur du tissu et à la technique de montage. Si bien qu'à plat elles sont parfaites, mais portées, la courbure du corps occasionne un surplus de la partie de dessous qui gondole un peu. Je penserai à décrocher l'ouverture de poche une prochaine fois.

    Lasagnes de fermeture à glissière

      Les fermetures métalliques YKK viennent de la mercerie du marché St Pierre. J'en avais d'abord acheté à Fil 2000, mais le glissement du curseur n'était pas assez fluide. Là au moins j'ai su pourquoi je payais plus :  zouipage/dézouipage rapide et sans accroc par la main ipsilatérale. J'ai fait le choix esthétique du zéro piqure visible à l'exception de l'accroche de la cape sur les épaules. Le ruban médial a été pris en sandwich dans la pince du devant après force bâti, et le ruban latéral fixé sur la cape.

    Petit papa Saltiel

    Vols aux vents (with gravy)

      Deux fentes dos de 20cm permettent une marche aisée. La phase préparatoire d'alignement des bords par un bâti a été la plus fastidieuse puisque même thermocollé, le lainage avait tendance à se détendre.

    Parementures glacées

      J'ai glacé toutes les parementures par un point de chausson à 1-2cm du bord, à l'exception de la zone des boutonnières sur le devant droit où c'est moins utile, et suis très satisfaite du rendu.

    Petit papa Saltiel

    Doublure tatin (servie tiède)

      Pour doubler le manteau, j'ai terminé le coupon de soie/coton utilisé pour la blouse Carme, quitte à privilégier la chaleur au glissant. Après assemblage de la doublure, j'ai commencé à la monter à la machine aux fentes dos, au bas du dos, puis aux entournures et au bas des côtés, et ai achevé sa fixation sur le haut à la main.

    Petit papa Saltiel

    **********

    Cape non farcie et sa garniture d'émincé de biais

      Comme il fallait que la cape soit assemblée avant de terminer la pose de la doublure, sa zone d'assemblage à été garnie de biais en doublure (une sacré chance que les couleurs concordassent !) fixé à la main et deux fils de fronces ont été posés. Eh oui, seulement deux et tout s'est bien passé. C'est-y pas beau ?

    Petit papa Saltiel

    Petit papa Saltiel

    Expérience du luxe : j'ai été littéralement payée à coudre l'intégralité de ce biais à la main.

    **********

    Trou normand

        L'éventualité de poches situées sur la partie interne de la cape a été abandonnée après essai : cela tirait le tissu d'une vilaine façon.
    J'ai aussi confectionné une ceinture pour voir. Qui pourra être portée. Ou non. C'est selon.

    Petit papa Saltiel

    Ma fibre parisienne a tranché : ce sera sans ceinture

    **********

    Plateau de fromages odorants

      J'ai du m'y prendre à plusieurs reprises pour caler la forme et le placement du col. Au premier essayage avec col, la cape basculait horriblement vers l'arrière, comme si mon combo carrure devant large/dos plat me jouait encore des tours. Un creusement de l'encolure dos d'1cm, qui m'a obligée à couper un deuxième col, puis un troisième car il était trop court, a heureusement été suffisant pour régler le problème. Subsiste un doute : cela n'aurait-il pas été plus joli avec le col un peu plus long, plus large, et l'encolure moins échancrée ?

      Je suis un peu mitigée quant à ces devants entièrement entoilés. Même après correction de l'encolure, ils tombaient bizarrement et je me suis alors aperçue (là encore, vive les carreaux) que même sans bourriner j'avais progressivement étiré le tissu le long du pli si bien qu'il s'était détendu de quasiment 2cm ! J'ai globalement fait rentrer les choses dans l'ordre à coup de vapeur en ragroumillant le tissu puis en laissant reposer.

    **********

    Bûche bien roulée et son décor féérique

      Maintenant que je vous ai bien gavé de mots, les photos !

    Petit papa Saltiel

       Elle pèse 1,4kg, répartis de manière équilibrée, aucun problème de bascule à la marche.

    Petit papa Saltiel

      J'ai visé un peu juste pour l'ampleur aux hanches et à la poitrine/carrure devant. Au moins y a zéro courant d'air entre le manteau et le reste.

    Petit papa Saltiel

    L'ampleur de la cape est parfaite.

    Petit papa Saltiel

    Avec les mains dans les poches, ça fait tout de même bombance entre B4 et B5.
    Installerait-on une petite pression là-dessous ?

    Petit papa Saltiel

    L'emplacement des poches, suffisamment basses et latérales, est parfait également.

        J'ai commencé à la porter dehors : passé la première impression qu'il me manquait juste un bruit de respirateur pour me rendre à une convention Star Wars, je m'y suis habituée. Les fermetures sont réellement pratiques, et le plus délicat reste de caler le châle pour ne pas avoir froid au cou. Serait-elle chaude ? Eh bien oui parfait pour le buste, mais pour les bras, il faudrait que la cape soit doublée d'un matériau moumouto-poilu au moins sur le long du bras côté/devant pour être tout à fait douillette.
    Je ne sais pas encore comment elle réagit à la pluie.

    Petit papa Saltiel
    En mode hamster

      J'avais hésité à raccourcir un peu la cape, sur photos je la trouve équilibrée telle quelle.

    Petit papa Saltiel

    Couture floue, le retour

      En résumé : Heureusement, il n'y a pas de point raté, le programme a été respecté sans déception majeure. A part ces devants dodelinants et la doublure faiblement glissante qui les fait tressauter en marche, ce vêtement pêche moins par la technique que par le patronnage de la partie manteau : si je retourne dans le passé, je penserai à faire un peu plus de place à la carrure devant et la poitrine, décoller la poche du corps, être un peu plus généreuse pour les hanches pour ne pas que ça tiraille dès que j'ai les mains dans les poches, éventuellement col plus large et plus long sur une encolure moins échancrée.

      Par contre les tissus qui dans la réalité ne sont jamais droits même quand ils sortent de chez le marchand et qui s'étirent pendant le travail, c'est en train de devenir mon vertige et ma flippe.

    Petit papa Saltiel

    Par exemple le milieu dos part d'abord un peu à gauche puis oblique à droite

    **********

    Distribution des reliefs de table aux bonnes œuvres de la vicomtesse

      Car avec les rogatons, orientés dans le sens vertical, on devrait pouvoir s'occuper de Monsieur (c'est son cadeau de Noël virtuel alors y a intérêt que ça rentre).

    Caperice

    Il a la coupe. Il aura la veste.


  • Commentaires

    1
    Fred
    Samedi 5 Janvier à 17:02
    Quel travail !! Et merci pour ce partage oh combien vivant
    2
    zephora
    Samedi 5 Janvier à 17:29

    Décidément, je suis impressionnée. La réalisation est belle, le jeu des carreaux donne un joli mouvement, et quel tissu... Bravo !

      • Dimanche 6 Janvier à 21:34

        Merci ! Ce tissu est une bonne barrière au vent également.

    3
    cosiadoru
    Samedi 5 Janvier à 17:56

    Je suis admirative du travail et du résultat!!!Tous mes vœux pour la nouvelle année:)

    4
    corinne
    Samedi 5 Janvier à 17:57

    bonjour, j'adore l'idée des zip pour accrocher les pans de cape, cela me parait bien ingénieux mais j'imagine que le montage doit être assez compliqué pour le deuxième ruban (du zip). A l’extérieur, sa couleur semble plutôt tirer sur le bleu/vert foncé, comme quoi la lumière pour le choix d'un tissu est primordiale. Bravo pour ce travail, aussi bien de couture que de littérature. J'adore. Et meilleurs voeux couturesques ou autres pour cette nouvelle année.

      • Dimanche 6 Janvier à 21:41

        On pourrait croire, mais en fait c'était plus difficile de bien caler la partie froncée de la cape que la partie zippée. 
        C'est vrai que le marron de cette cape est plutôt froid, et pour le moment il va bien avec ce que je porte.

    5
    Tout chocolat
    Samedi 5 Janvier à 19:03

    Waouh. Elle/il est magnifique.

     

    6
    Dimanche 6 Janvier à 04:05

    Je suis pantoise et béate d'admiration!

    7
    Dimanche 6 Janvier à 08:53
    Quel splendide travail ! Je suis admirative devant tant de réflexion et de technique d'exécution. Cette cape est très belle.
    8
    Marie
    Dimanche 6 Janvier à 12:18

    Bonne année cher Vicomte ! Merci de la commencer avec l'un de ces articles détaillés dont vous avez le secret ! Cette cape est absolument magnifique !

    (Pour l'espionnage industriel, j'aime regarder les détails du travail de Thomas Von Nordheim sur IG, son livre 'Vintage Couture Tailoring' est bien fichu, illustré, pour l'apprentissage de l'entoilage, des techniques de tailoring pour stabiliser la laine, etc.)

     

    9
    madebyviou
    Dimanche 6 Janvier à 13:01
    Quel menu au château! C'est bien toi qui devrait créer ta propre marque de patrons! Bon, je m'emballe mais tu es particulièrement douée! Belle année créative!
      • Dimanche 6 Janvier à 22:19

        Merci, mais j'ai déjà ma marque voyons : Festive Road !
        Et je ne serais vraiment pas motivée pour en faire un patron, je préfèrerais servir de source d'inspiration et voir des capes un peu différentes.

    10
    Les Fleurs Bleues
    Dimanche 6 Janvier à 13:20

    Ta cape est magnifique, j'ai beaucoup ri en te lisant, et la RATP et moi avons le bonheur de t'apprendre la rénovation des carrelages de la station Breguet-Sabin.happy

      • Dimanche 6 Janvier à 22:20

        Ah, le décor change ou c'est juste un rafraichissement ? Je ne passe pas souvent pas cette station.

    11
    Liseli
    Dimanche 6 Janvier à 21:02

    Le résultat final est très impressionnant! Bravo particulièrement pour l'équilibrage avant-arrière. Mes références n'étant pas aussi récentes que les tiennes, j'aurais plutôt tendance à te demander si tu comptes coudre la coiffe en lin blanc assortie.

    Et puis, pour la science: combien de temps les fermetures éclairs restent-elles fermées?

      • Dimanche 6 Janvier à 22:24

        Zut, je ne visualise pas la référence pour la cornette blanche.
        Les fermetures restent toujours fermées pour faire honneur à leur fabricant, et répondent (presque) à la simple pression du doigt quand on veut les faire remonter.

      • Liseli
        Lundi 7 Janvier à 09:17

        Ma référence est très ancrée dans ma tête mais pas très exportable. Les fronces dans le dos de ta cape me font penser à la cape des femmes lors de la fête de l'Escalade à Genève. Pas trouvé de photo probante mais un bout de visualisation se trouve ici: http://www.1602.ch/images/pdf/Bulletin_379_Web.pdf

        Du coup j'ai des envies de bricelet maintenant...

      • Mardi 8 Janvier à 16:12

        Ah bah merci, je prendrais plutôt le chapeau relevé sur le côté !

    12
    Lundi 7 Janvier à 10:02

    Eh bé ! Quel boulot ! Effectivement, c'est le menu gastronomique que tu nous a proposé là !

    J'admire ... et je me dis que j'avais raison : la cape, c'est pas pour moi.

      • Mardi 8 Janvier à 16:08

        Ah mais pourquoi, pas pour toi ?

      • Mercredi 9 Janvier à 14:11
        Principalement parce que tu as encore froid aux bras, que je suis une grande frileuse et une grande feignasse, donc je me dirigerais vers un patron de cape traditionnel et ce serait encore pire ...
    13
    Maje
    Mardi 8 Janvier à 11:48

    Quel travail de pro, elle est vraiment magnifique. Je suis aussi admirative du patronnage que de la couture.

    Par contre je me demande si les problèmes d'étirement du tissu ne sont pas dus au fait que le vêtement a été coupé dans le sens inverse au droit fil. Entre les 2 lisières le tissu est élastique. Là l'étirement se trouve donc dans le sens vertical. Et puis avoir l'élasticité dans la largeur c'est aussi plus confortable.

    C'est juste une idée. A voir. En tout cas cette cape est très belle.

      • Mardi 8 Janvier à 16:11

        Merci, tu dois avoir raison, il ne m'avais pas semblé à première vue, mais en tirant une grande quantité de tissu dans le sens de la laize, par rapport au sens de la chaîne, on sent bien que c'est plus élastique.

        Bon, je ne regrette pas, je maintiens que je préfère le carreau dans ce sens.

    14
    Sunshine
    Mercredi 9 Janvier à 15:33

    Magnifique et dans le patronage et dans l'exécution. Je suis aussi client de M. Saltiel et tu as du vendre un ou deux reins ? ;) mais la qualité est là et le manteau est superbe. Je préfère aussi les carreaux dans ce sens, mais Maje a probablement raison pour les raisons d'étirement. Une possibilité aurait été de mettre en dessous une flannelle dans le sens du droit fil ?

      • Jeudi 10 Janvier à 15:00

        J'étais psychologiquement prête et puis j'ai un rein gauche dont la taille impose le respect. Mais maintenant je trouve ça mignon d'avoir fait des chichis sur le prix de la laine trois billets avant.
        En dessous il y a le thermocollant qui limite beaucoup l'étirement naturel. Finalement, la partie qui va le plus s'étirer à l'usage est probablement le devant côté au dessus de la poche. Heureusement que la cape arrive par dessus.

    15
    Pauline
    Jeudi 10 Janvier à 15:22

    Quel beau travail de patronage et de couture! Je trouve les capes tellement élégantes mais tellement pas pratiques dans la vraie vie. Mais pour le coup, avec le manteau/fermetures éclair, c'est LA solution pour une cape qui laisse les bras libres.

    Bravo!

    16
    BrightEyedMum
    Vendredi 11 Janvier à 23:21

    "ragroumiller"... rien que pour ça, vraiment, ça valait la peine. Merci Vicomte !

      • Dimanche 13 Janvier à 11:09

        Un jour il faudra inventer la technique de la tantimole en alternative à celle du burrito.

    17
    Lundi 14 Janvier à 15:04

    Coup de cœur absolu ! Et brillantissime idée du combo cape / manteau. Ça donne envie de coudre la même

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :